Nos fables


Nous avons lu les fables de Jean de la Fontaine :
La Cigale et la Fourmi et Le Renard et le Corbeau.

Voici nos fables inventées...










Le cancre et le bon élève

Le cancre, ayant joué
Tout le week-end,
Se trouva fort embêté
Quand le contrôle fut arrivé :
Pas une seule réponse
De grammaire ou de conjugaison
Il alla demander de l'aide
A son voisin le bon élève
Lui priant de lui offrir
Quelques réponses pour réussir
« Je vous paierai lui dit-il,
Avant la fin de l'année, foi d'animal,
Intérêt et principal. »
Le bon élève n'est pas prêteur :
C'est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous ce week-end ?
Dit-il à ce copieur
-Nuit et jour à tout venant
Je jouais, ne vous déplaise.
-Vous jouiez, j'en suis fort aise :
Eh bien ! Travaillez maintenant. »

Les C.M.1-C.M.2

La princesse et la sorcière

La princesse, ayant chanté
Toute la matinée
Se trouva fort embêtée
Quand le déjeuner fût annoncé :
Pas une seule envie
De boire ou de manger.
Elle alla demander de l'aide
Chez la sorcière sa marraine,
La priant de lui donner
Quelques potions pour l'aider.
« Je vous paierai lui dit-elle
Avant la fin de la journée. »
Mais la sorcière n'est pas prêteuse
C'est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous ce matin ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
-Toute la matinée à, tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
-Vous chantiez, j'en suis fort aise :
Eh bien ! Mangez maintenant. »

Arwen, Lou-Anne

















Le flemmard et le sportif

Le flemmard, ayant somnolé
Toute la journée,
Se trouva fort embêté
Quand les olympiades furent arrivées :
Plus aucune affaire de sport
Pas de basket ni de record.
Il alla tout plaintif
Chez son voisin le sportif,
Le priant de l'entraîner
De lui prêter quelques affaires
Jusqu'à la fin des olympiades.
« Je vous paierai lui dit-il,
Avant Noël, foi de flemmard,
Intérêt et principal. »
Le sportif n'est pas partageur :
C'est hélas son seul défaut.
« Que faisiez-vous de vos journées ?
Dit-il à ce dormeur.
-Toute la journée
Je dormais sur mon canapé, ne vous déplaise.
-Vous dormiez, j'en suis fort aise :
Eh bien ! Courrez maintenant. »

Cathy et Maria

Les garçons et les filles

Les garçons, ayant joué au foot
Toute l'après-midi,
Se trouvèrent fort dépourvus
Quand l'heure du goûter fût venue :
Pas un seul petit morceau
De brioche ou de gâteau.
Ils allèrent crier famine
Chez les filles leurs voisines,
Les priant de leur donner
Quelques miettes pour patienter
Jusqu'au prochain repas. 
« On vous récompensera leur dirent-ils,
Avant la fin de la semaine. »
Les filles ne sont pas généreuses :
C'est là leur moindre défaut.
« Que faisiez-vous cette après-midi ?
Dirent-elles à ces footballeurs.
-Toute l'après-midi à tout venant
Nous jouions, ne vous déplaise.
-Vous jouiez, nous en sommes fort aise :
Eh bien ! Cuisinez maintenant. »

Alissa, Manon, Emma, Lou-Anne

















La fille et le garçon

La fille avait un goûter alléchant,
Le garçon par l'odeur sucrée
Fut attiré.
En louchant sur le délicieux goûter
Le garçon s'imagina un plan.
Tout d'abord se dit-il,
Je vais la flatter et la complimenter.
Ce n'était pas facile
mais il courut exécuter son idée.
« Mademoiselle, que vous êtes belle !
Que vous êtes bien coiffée, bien habillée !
J'imagine votre voix, ho la la ! »
A ces mots, la fille, flattée,
Lâcha son goûter
Pour montrer sa belle voix...
De ce délice, le garçon s'empara !
Le garçon dit :
« Ma petite dame, apprenez à ne pas être flattée au premier regard. »

Ne jamais écouter les garçons, ça vous apprendra une bonne leçon !

Kelly, Charlotte, Maëlys, Lou-Ann

Les pilleuses et les garçons

Les garçons sur des chaises assis,
Tenaient dans leurs mains des toupies.
Les pilleuses attirées par ces toupies,
Leur tinrent à peu près ce langage :
« Hé, bonjour, les garçons de la classe,
Que vous êtes beaux ! Que vous semblez sexy !
Sans mentir si votre gentillesse
Se rapporte à votre beauté,
Vous êtes les stars de cette classe. »
A ces mots les garçons ne se sentent pas de joie ;
Et pour montrer leurs belles voix,
Ils ouvrent leurs larges bras, laissent tomber leurs proies.
Les filles s'en emparent, et disent : « Mes bons garçons,
Apprenez que tout flatteur
Vit au dépends de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien une toupie, sans doute. »
Les garçons honteux et confus,
Jurèrent, mais un peu tard, qu'on ne les y reprendrait plus.

Eldrizo
(Elouan, Adrian, Enzo)